Travail en hauteur : Tous concernés ?

Protection travail en hauteur

En 2018, les chutes de hauteur ont été à l’origine de 318 accidents du travail, dont 49 mortels. La Direction Générale du travail a rappelé que la prévention des accidents liés au travail en hauteur sera donc la priorité pour l’inspection du Travail en 2019 : Télécharger le dossier - Les priorités de l’Inspection du Travail pour 2019

Sommes-nous tous concernés par les risques de travail en hauteur ?

Je vais d’abord aborder le sujet d’un événement grave dans une organisation qui doit guider à la prise de conscience et l’apport de sens dans la prévention. Je poursuivrai par rappeler quels acteurs de l'entreprise sont concernés par ce risque. Enfin je terminerai par le renforcement de la culture de prévention.

1. Passer de l’émotion au sens

Lorsque des chutes mortelles endeuillent une entreprise, c’est un moment terrible pour tous les acteurs. Ces émotions légitimes à la suite de ce type d’événement doivent être fondatrice pour des actions structurantes. Cette prise de conscience de cette situation inacceptable de mise en danger des salariés pour la direction ainsi que toutes les parties prenantes de l’entreprise. Ces moments terriblement chargés d’émotions produisent une réelle prise de conscience de la direction.

La prise de décision est alors forte pour la suppression et la prévention des accidents mortels spécifiquement relatifs au travail en hauteur.

Pour réagir face à cet évènement un effort particulier est généralement donné pour le partage de l’analyse des accidents significatifs. Mais pour que ces évènements ne se renouvellent pas il est capital que cette analyse débouche sur des actions concrètes.

L’analyse consolidée de ces évènements montre clairement que les accidents découlent fréquemment d’une volonté de faire bien ainsi que plus vite qui conduit à des raccourcis et du non-respect des procédures en place.

Ces petits écarts amènent à adopter des comportements souvent très dangereux. C’est le harnais que l’on ne met pas, ou l’échelle que l’on utilise systématiquement alors qu’elle n’est pas appropriée à l’activité.

Or les causes profondes montrent clairement que les perceptions individuelles et collectives du risque ne sont pas suffisantes. La formation des managers à la santé et de la sécurité au travail doit être renforcée.

Des actions pour rappeler le sens de la prévention par de la communication ou des temps d’échanges doivent également être lancées. Ces actions doivent toucher tous les échelons et les métiers de l’entreprise.

Afin de permettre une prise de conscience collective et individuelle, il faut pour cela que tout le monde se mobilise.


Risque de chute en hauteur au travail

2. Qui est concerné ? - Principes et Implication à suivre pour prévenir les risques de chute de hauteur

Principes

La chute de hauteur est un risque particulier qui doit être identifié dans toutes les situations de travail exposant les salariés.

Elle doit intervenir dès la préparation des activités. Ne limitez pas vos réflexions et remontez les activités au plus en amont possible afin de proposer des solutions permettant d’éviter l’exposition au risque.

La réflexion doit porter sur tous les postes de travail concernés par un risque de chute de hauteur.

L’encadrement, les intervenants, les opérateurs qui s’occupent de l’entretien et les personnes en dehors du chantier qui peuvent détecter les situations inhabituelles ou dangereuses.

Cette démarche nécessite souvent d’impliquer des acteurs différents (concepteurs, maîtres d’ouvrage, utilisateurs des équipements…) pour aboutir à une solution satisfaisante.

Pour construire un référentiel de management pertinent dans la prévention des chutes de hauteur, 4 principes sont indispensables :

  • Développer les compétences de l’encadrement pour faire face à un comportement dangereux et face à un bon comportement
  • Mobiliser les managers et leurs équipes autour d’une vision commune sur la prévention des risques du travail en hauteur
  • Impulser la dynamique et la cohésion des équipes par le coaching d’équipes
  • Optimiser le fonctionnement des instances de pilotage du risque Hauteur.

Protection antichute pour les travaux de nettoyage des façades vitrées

Qui est concerné ?

Il n’existe pas à proprement parler de liste des métiers qui sont concernés par le travail en hauteur. Le Code du travail donne une liste de chantiers pour lesquels la sécurisation du lieu de travail nécessite une formation certifiante, à savoir :

  • Nettoyage de façades vitrées
  • Interventions sur toiture
  • Travaux concernant bassins, cuves, réservoirs, etc.
  • Travaux impliquant tous types d’ouvertures comme les puits, les trappes, les ouvertures de descente, les passerelles, les plateformes de surélévation, etc.

Mais également le management et l’encadrement doivent également posséder cette habilitation, tout d’abord pour faire appliquer des règles de sécurité par l’ensemble des intervenants dont ils sont responsables est une chose à laquelle ils doivent veiller.

Également ils peuvent être amenés à se rendre en hauteur pour venir constater les avancées d’un chantier ou un problème sur l’ouvrage.

Rapidement, les différentes situations de travail et positions hiérarchiques montrent que tous les acteurs de l’entreprise sont concernés de près ou de loin à un risque aussi grave que la chute de hauteur. Et cela doit être le cas avant la survenue d’un événement grave.

3. Renforcer une culture de prévention

Les travaux de L’ICSI publiés récemment prouvent l’importance capitale d’orienter le regard sur les situations potentiellement graves ou mortelles : Essentiel de la prévention des accidents graves, mortels et technologiques majeurs.

La réglementation française est contraignante. Mais on constate encore des situations d’intervention où l’usage d’échelle ou d’escabeau, pourtant encadré, est courant. Et cela pour des raisons habituelles : facilité de mise en œuvre, disponibilité, gain de temps.

Ce constat est toujours valable dans les différents métiers. Cela met en question la culture de prévention des intervenants autant voire plus de celle des encadrants. Le management ne met pas les critères d'intervention en rapport avec les risques.

La vérité nous l’avons vu plus haut est cruelle : la chute peut tuer. La culture Sécurité de l’organisation doit être renforcée.

Pour choisir l’équipement et le mode opératoire les plus appropriés, quitte à revoir la planification du chantier. Le risque de chute de hauteur ne doit pas être banalisé.

Cette recherche de prévention doit privilégier les protections collectives avant tout.



Protection antichute pour les travaux en hauteur

“ Un PROfessionnel sait se PROtéger “

Ce slogan d’une ancienne campagne de communication sur la prévention des risques résume bien la philosophie à la culture sécurité du risque de chute de hauteur. en premier lieu les exigences managériales doivent insister sur la nécessité d’évaluer les risques avant d’entamer le travail.

La politique de l’organisation doit être ferme quant à la professionnalisation de ses intervenants en travail en hauteur et de son management avec trois axes majeurs :

  • Le renforcement de la culture
  • La recherche d’équipements innovants
  • La formation demeure les axes majeurs de notre politique

En conclusion, même si nous ne sommes pas directement exposés par le travail en hauteur dans nos activités quotidiennes, la gravité potentielle et la visibilité de ce risque font que nous sommes tous concernés.

Il en va de votre responsabilité de professionnel d’être en capacité de détecter les écarts liés à ce risque et votre vigilance partagée démontrera votre implication.


Auteur Safety Vigilante : Pour découvrir plus d'article sur le Leadership Sécurité n'hésitez pas à faire un tour sur son blog.



Vous avez besoin d'aide pour évaluer les risques de chute de hauteur dans votre entreprise ?
Vous avez besoin de conseils sur la façon de sécuriser vos travaux en hauteur ?





Panier